La Fibromyalgie


Fibromyalgie : la maladie que les médicaments ne soigneront pas

Dans la fibromyalgie, de réelles douleurs se cachent derrière une apparente normalité. Les recherches progressent, mais la fibromyalgie demeure étrangement compliquée à comprendre et à soigner.

Quelles sont les solutions qui marchent ?

« Ça fait des semaines que j’ai mal partout, je suis toujours si fatiguée et mon médecin ne trouve rien ». Vous vous reconnaissez ? Il est possible que vous souffriez de fibromyalgie.

Vous ferez alors partie des 2 à 3 millions de Français concernés (1). Même si les hommes ne sont pas épargnés, plus de 80 % des malades sont des femmes entre 30 et 50 ans et la maladie peut débuter tôt dans l’enfance ou l’adolescence.

Pendant longtemps, être pris au sérieux n’a pas été évident et se faire soigner encore moins. Combien de patients ont été ballotés du généraliste au rhumatologue et au neurologue enpassant par le psychiatre ? Avant que la communauté scientifique s’accorde sur une description de la maladie, il y a eu tant de controverses que de nombreux médecins ne croyaient tout simplement pas à l’existence de la fibromyalgie. Cela se comprend un peu. Car malgré la réalité de la douleur, rien ne se voit sur les prises de sang ni sur les radios, il n’y a pas de lésion organique, ni aucun signe inflammatoire. Le diagnostic a été grandement simplifié le jour où, en 1990, l’American College of Rheumatology (ACR), a publié des critères 2 basés sur l’examen précis des muscles en recherchant par pression des doigts au moins 11 points douloureux sur les 18 caractéristiques. Mais cette méthode n’était pas fiable pour 25 % des malades pourtant atteints de fibromyalgie (3), et depuis elle a été améliorée.

fibromyalgie-definitionUN TIROIR FOURRE-TOUT

Depuis quelques années, la fibromyalgie est entrée dans une nouvelle phase, elle est diffusée largement dans les médias et il est fréquent que les malades fassent eux même le diagnostic ou que des médecins dépassés par des symptômes disparates ou incertains apposent l’étiquette « fibromyalgie » un peu vite.

Résultat, les consultations antidouleurs sont engorgées par des personnes qui pourraient certainement être mieux traitées par ailleurs. Car, pour bénéficier de soins adéquats, encore faut-il être certain d’avoir le bon diagnostic. Toute la difficulté est là puisqu’aucun test biologique ne permet d’identifier sans équivoque la fibromyalgie. Les critères de diagnostic ne cessent d’être revus et affinés. Ceux qui sont utilisés par la majorité des spécialistes ont été remaniés en 2010 par l’ACR ; même s’ils ne sont pas parfaits, ils prennent en compte les 11 multiples facettes de la maladie et s’articulent autour d’un faisceau d’arguments (4) :

  • Les troubles autres que la douleur sont pris en compte : la fatigue générale, la raideur matinale, les troubles cognitifs et les symptômes somatiques (maux de tête, côlon irritable, insomnie, etc.)
  • La sévérité de ces troubles au cours de la semaine précédant les tests est évaluée par les patients sur une échelle de 0 à 3.
  • La douleur généralisée est recherchée par les patients sur 19 régions du corps. En additionnant le nombre de zones douloureuses (entre 0 et 19) et la sévérité des troubles associés (entre 0 et 12), on obtient un score échelonné de 0 à 31.

La fibromyalgie est reconnue à partir d’un score de 13, sous réserve d’avoir éliminé les autres causes possibles de douleur ostéo- articulaire.

C’est un point particulièrement important, il est obligatoire d’écarter toutes les pathologies qui présentent des similitudes avec les symptômes de la fibromyalgie, que ce soit les rhumatismes inflammatoires chroniques (polyarthrite rhumatoïde, lupus érythémateux, syndrome de Goujerot-Sjökren, spondylarthrite, myosite), les infections (maladie de Lyme), les troubles endocriniens (hypothyroïdie, hyperparathyroïdie), ou neurologiques (neuropathie, Parkinson). Certaines de ces maladies comme la polyarthrite rhumatoïde ou le lupus érythémateux peuvent coexister avec la fibromyalgie, ce qui complique le diagnostic.

COMMENT EXPLIQUER

UNE DOULEUR SI SINGULIÈRE ?:

La recherche scientifique est très active depuis une trentaine d’années, mais la cause précise de la fibromyalgie n’a pas été découverte. Parmi la multitude des mécanismes qui ont été décrits, les spécialistes s’orientent principalement vers un dysfonctionnement du système nerveux :

  • Une composante génétique a été mise en évidence dans certains cas 5, des gènes déficients perturberaient la synthèse de neurotransmetteurs liés à la douleur : sérotonine,dopamine et catécholamine (6).
  • D’autres variations génétiques ont été démontrées récemment (7), celles-ci sont associées à une augmentation de certaines protéines de l’inflammation (qu’on ne peut pas voir avec une prise de sang classique) (8).

Malgré cela, l’influence génétique de la maladie est considérée comme si faible qu’elle est négligeable.

  • Un traumatisme physique violent ou une tension émotionnelle sont souvent constatés avant l’apparition de la maladie, ils pourraient être des déclencheurs importants : accident de la route (coup du lapin), intervention chirurgicale, accouchement, infection virale, etc.
  • Le traitement de la douleur dans le système nerveux est anormal et provoque une sensibilité accrue à la douleur 9, mais sans que l’on sache bien s’il s’agit d’une cause ou d’une conséquence de la maladie.
  • Certaines fibres de la gaine de myéline des nerfs sont endommagées ou absentes et les petits nerfs de la peau sont en nombre réduit (10), ce qui fait que les sensations agréables n’atteignent plus le cerveau tandis que la douleur reste détectable.

LES NOUVELLES INDICATIONS DE TRAITEMENTS

Les médicaments utilisés couramment, antalgiques, antidépresseurs (12) ou anticonvulsivants (13), réduisent la douleur de façon très variable et ils sont souvent très décevants. De plus, ils ne sont pas dénués d’effets secondaires : gain de poids, étourdissements, somnolence, etc.

UNE PRISE EN CHARGE GLOBALE

Seule une prise en charge globale permet d’améliorer la qualité de vie, elle doit associer compléments alimentaires, techniques de relaxation et exercice physique. Voici les incontournables :

Les informations de cette article ne peuvent en aucun cas être considérées comme un avis médical ou comme des conseils individualisés. En conséquence, je vous invite à consulter votre praticien de la santé ou votre naturopathe certifié, lui (ou elle) SEUL(E) en connaissant vos antécedants saura comment adapter: Un plan alimentaire,  choisir les plantes et/ou des suppléments appropriés, au dosage appropriés et ceci de façon sécuritaire, et dans des concentrations adaptées à votre condition personnelle.

ATTENTION: Votre pharmacien connaît et a étudié les médicaments! Votre praticien de la santé a étudié les suppléments et les vitamines. Ne pas confondre suppléments et médicaments.

  • Le magnésium:

    Le déficit en magnésium est très courant et il pourrait être impliqué dans le développement de la maladie chez certaines personnes. La supplémentation en magnésium est fondamentale dans la prise en charge nutritionnelle, 300 mg de citrate de magnésium réduisent les symptômes : douleur, fatigue musculaire, anxiété (14).

  • Les oméga-3

    Par son action sur l’inflammation, une complémentation en huiles de poissons riches en acides gras oméga-3 diminue l’intensité de la douleur, le nombre de zones douloureuses, la fatigue et l’anxiété (15). Évitez les sources d’acides gras oméga-6 (huile de tournesol, de carthame, de soja ou de maïs).

  • La coenzyme Q10

    La coenzyme Q10 est une substance majeure dans la production énergétique cellulaire et un faible niveau de CoQ10 a été constaté chez les fibromyalgiques (16). Une petite étude prometteuse montre qu’une supplémentation de 300 mg par jour permettait une amélioration importante des symptômes(17).

  • La vitamine D:

    Un taux de vitamine D inférieur à 30 ng/ml a été observé chez plus de 80 % des fibromyalgiques. Après supplémentation, des améliorations ont été constatées quand le niveau atteint 30 ng/ml, et elles ont été encore plus significatives quand le niveau dépasse 50 ng/ml (18). Pour atteindre ces niveaux de vitamine D dans le sang en France, une supplémentation est indispensable entre les mois d’octobre et d’avril, à la dose de 4 000 UI par jour. Entre avril et octobre, une exposition régulière et modérée au soleil est nécessaire, sans protection (les crèmes solaires ou les vêtements bloquent la synthèse de vitamine D dans la peau).

  • La mélatonine:

    La mélatonine est l’hormone qui régule les cycles du sommeil. Les fibromyalgiques ont souvent un sommeil fragmenté causé par de faibles concentrations en mélatonine (19). Non seulement une supplémentation de 10 mg de mélatonine améliore la qualité du sommeil, mais elle réduit fortement les douleurs (20).

  • L’acetyl L carnitine:

    Cet acide aminé est nécessaire à la production énergétique cellulaire et lutte contre les phénomènes d’oxydation. Un supplément de 1 000 à 1 500 mg par jour améliore les douleurs, les symptômes dépressifs et la qualité de vie en général (21).

  • L’exercice physique:

    Le premier réflexe est souvent de bouger le moins possible pour ne pas provoquer de nouvelles douleurs. Mais toutes les études prouvent le contraire et l’exercice physique est une clé importante du traitement. Il faut commencer par ne faire que ce que l’on peut, même si c’est seulement de marcher 5 minutes, l’objectif étant de s’entraîner régulièrement et en augmentant graduellement la durée et l’intensité des exercices. Les études mentionnent des bienfaits en faisant 10 minutes d’activité physique 3 fois dans la journée (22), c’est un objectif que chacun devrait parvenir à atteindre après 1 à 2 mois d’efforts réguliers.Les pratiques à recommander :

    • Le yoga (23) et le taichi (24)
    • Le stretching (25) et la musculation
    • La marche (26) et la marche nordique (27)
    • Le vélo et l’aquagym (28)

    Les approches psychocorporelles

    Ces approches font le lien entre le corps et l’esprit et peuvent être utiles pour se distancer de la douleur. Malgré tout, les recherches n’ont pas mis en évidence de bénéfices absolument certains (29.)

    Parmi la pléiade de techniques proposées, au choix :

    • Le massage
    • La relaxation
    • L’hypnose
    • La méditation

REFERENCES

  1. Serge Perrot, Eric Vicaut, Dominique Servant and Philippe Ravaud – Prevalence of fibromyalgia in France: a multi-step study research combining national screening and clinical confirmation: The DEFI study (Determination of Epidemiology of FIbromyalgia) – BMC Musculoskeletal Disorders 2011, 12:224.
  1. Wolfe F, Smythe HA, Yunus MB, Bennett RM, Bombardier C, Goldenberg DL, et al. The American College of Rheumatology 1990 criteria for the classification of fibromyalgia. Report of the multicenter criteria committee. Arthritis Rheum 1990;33(2):160-72.
  1. Wolfe F, Clauw DJ, Fitzcharles MA, Goldenberg DL, Katz RS, Mease P, Russell AS, Russell IJ, Winfield JB, Yunus MB. The American College of Rheumatology preliminary diagnostic criteria forfibromyalgia and measurement of symptom severity. Arthritis Care Res (Hoboken). 2010 May;62(5):600-10. doi: 10.1002/acr.20140.
  1. Wolfe F, et al. The American college of rheumatology preliminary diagnostic criteria for fibromyalgia and mesuarement of symptom severity. Arthritis Care Res 2010;62:600-10.
  2. Buskila D, Sarzi-Puttini P, « Biology and therapy of fibromyalgia. Genetic aspects of fibromyalgia syndrome », Arthritis Res Ther., vol. 8, no 5, 2006, p. 218 (PMID 16887010, PMCID 1779444,DOI 10.1186/ar2005).
  1. Buskila D, Neumann L – Genetics of fibromyalgia – Curr Pain Headache Rep. 2005 Oct;9(5):313-5.
  2. Jinong Feng, Zhifang Zhang, Xiwei Wu, Allen Mao, Frances Chang, Xutao Deng, Harry Gao, Ching Ouyang, Kenneth J. Dery, Keith Le, Jeffrey Longmate, Claudia Marek, R. Paul St. Amand, Theodore G. Krontiris,John E. Shively – Discovery of Potential New Gene Variants and Inflammatory Cytokine Associations with Fibromyalgia Syndrome by Whole Exome Sequencing – DOI: 10.1371/journal.pone.0065033.
  1. Pernambuco AP, Schetino LP, Alvim CC, Murad CM, Viana RS, Carvalho LS, Reis DÁ – Increased levels of IL-17A in patients with fibromyalgia – PMID:24021410.
  2. Cook D et coll. : «Functional Imaging of Pain in Patients with Primary Fibromyalgia». Journal of Rhumatology, 2004 ;31(2):364-78 Karin B Jensen Rita Loitoile, Eva Kosek, Frank Petzke, SerenaCarville, Peter Fransson, Hanke Marcus, Steven CR Williams, Ernest Choy, Yves Mainguy, Olivier Vitton, Richard H Gracely, Randy Gollub, Martin Ingvar and Jian Kong – Patients with fibromyalgia display less functional connectivity in the brain’s pain inhibitory network – Molecular Pain 2012, 8:32 doi:10.1186/1744-8069-8-32.
  1. Nurcan Üçeyler , Daniel Zeller , Ann-Kathrin Kahn , Susanne Kewenig , Sarah Kittel-Schneider , Annina Schmid , Jordi Casanova-Molla , Karlheinz Reiners , Claudia Sommer – Small fibre pathology in patients with fibromyalgia syndrome – DOI: http://dx.doi.org/10.1093/brain/awt053
  1. Ziem G, McTamney J. Profile of patients with chemical injury and sensitivity. Environ Health Perspect. 1997 Mar;105 Suppl 2:417-36.
  2. Häuser W, Urrútia G, Tort S, Uçeyler N, Walitt B. Serotonin and noradrenaline reuptake inhibitors (SNRIs) for fibromyalgia syndrome – Cochrane Database Syst Rev. 2013 Jan 31;1:CD010292. doi: 10.1002/14651858.CD010292 Walitt B, Urrútia G, Nishishinya MB, Cantrell SE, Häuser W. – Selective serotonin reuptake inhibitors for fibromyalgia syndrome. Cochrane Database Syst Rev.2015 Jun 5;6:CD011735.
  1. Üçeyler N, Sommer C, Walitt B, Häuser W – Anticonvulsants for fibromyalgia – Cochrane Database Syst Rev. 2013 Oct 16;10:CD010782. doi: 10.1002/14651858.CD010782.
  2. Bagis S, Karabiber M, As I, et al. Is magnesium citrate treatment effective on pain, clinical parameters and functional status in patients with fibromyalgia? Rheumatol Int. 2012 Jan 22.
  3. Ozgocmen S, Catal SA, Ardicoglu O, Kamanli A. Effect of omega-3 fatty acids in the management of fibromyalgia syndrome: Int J Clin Pharmacol Ther. 2000 Jul;38(7):362-3.
  4. Cordero MD, et al. Mitochondrial dysfunction and mitophagy activation in blood mononuclear cells of fibromyalgia patients: implications in the pathogenesis of the disease. Arthritis Res Ther. 2010b;12(1):R17.
  5. Cordero MD, Alcocer-Gomez E, de Miguel M, et al. Coenzyme Q(10): a novel therapeutic approach for Fibromyalgia? case series with 5 patients. Mitochondrion. 2011;11(4):623-625.
  6. Matthana MH. The relation between vitamin D deficiency and fibromyalgia syndrome in women. Saudi Med J. 2011 Sep;32(9):925-9.
  7. Hussain SA, Al K, II, Jasim NA, Gorial FI. Adjuvant use of melatonin for treatment of fibromyalgia. J Pineal Res. 2011;50(3):267-271.
  8. Simone Azevedo de Zanette, Rafael Vercelino, Gabriela Laste, Joanna Ripoll Rozisky, André Schwertner, Caroline Buzzatti Machado, Fernando Xavier, Izabel Cristina Custódio de Souza, Alicia Deitos, Iraci L S Torres and Wolnei Caumo – Melatonin analgesia is associated with improvement of the descending endogenous pain-modulating system in fibromyalgia: a phase II, randomized, double-dummy, controlled trial – BMC Pharmacology and Toxicology 2014, 15:40.
  1. Rossini M, Di Munno O, Valentini G, et al. Double-blind, multicenter trial comparing acetyl l-carnitine with placebo in the treatment of fibromyalgia patients. Clin Exp Rheumatol 2007;25:182- 8P. Leombruni, M. Miniotti, F. Colonna, C. Sica, L. Castelli, M. Bruzzone, S. Parisi, E. Fusaro, P. Sarzi-Puttini, F. Atzeni, R. Torta – A randomised controlled trial comparing duloxetine and acetyl L-carnitine in fibromyalgic patients: preliminary data – 2015 Vol.33, N°1 ,Suppl.88 – PI 0082, PF 0085.
  1. Baronowski J, Klose P, Musial F, Haeuser W, Dobos G, Langhorst J. Qualitative systemic review of randomized controlled trials on complementary and alternative medicine treatments in fibromyalgia. Rheumatol Int. 2009;30:1-21.
  1. Carson JW, Carson KM, Jones KD, Bennett RM, Wright CL, Mist SD – A pilot randomized controlled trial of the Yoga of Awareness program in the management of fibromyalgia. Pain. 2010 Nov;151(2):530-9. doi: 10.1016/j.pain.2010.08.020.
  1. Chenchen Wang, M.D., M.P.H., Christopher H. Schmid, Ph.D., Ramel Rones, B.S., Robert Kalish, M.D., Janeth Yinh, M.D., Don L. Goldenberg, M.D., Yoojin Lee, M.S., and Timothy McAlindon, M.D., M.P.H – A Randomized Trial of Tai Chi for Fibromyalgia – N Engl J Med. 2010 Aug 19; 363(8): 743–754. doi: 10.1056/NEJMoa0912611.
  1. Suélem Barros de Lorena, , Maria do Carmo Correia de Lima, Aline Ranzolin, Ângela Luiza Branco Pinto Duarte – Effects of muscle stretching exercises in the treatment of fibromyalgia: a systematic review – Revista Brasileira de Reumatologia – Volume 55, Issue 2, March–April 2015, Pages 167–173.
  1. Anthony S. Kaleth, James E. Slaven and Dennis C. Ang – Does Increasing Steps Per Day Predict Improvement in Physical Function and Pain Interference in Adults With Fibromyalgia ? Arthritis Care& Research – Volume 66, Issue 12, pages 1887–1894, December 2014.
  1. Kim D Jones – Nordic Walking in Fibromyalgia – Arthritis Res Ther. 2011;13(1).
  2. Busch AJ, Barber KA, Overend TJ, Peloso PMJ, Schachter CL – Exercise for treating fibromyalgia syndrome (Review) – 2008 The Cochrane Collaboration.
  3. Theadom A1, Cropley M, Smith HE, Feigin VL, McPherson K – Mind and body therapy for fibromyalgia – Cochrane Database Syst Rev. 2015 Apr 9;4:CD001980. doi: 10.1002/14651858.CD001980.pub3
Click Here to Leave a Comment Below

Leave a Comment: