Le pamplemousse


Lutter contre l’athérosclérose

En plus d’abaisser le taux de cholestérol il semblerait que certaines substances présentes dans le pamplemousse permettrait de dissoudre la plaque athéromateuse, responsable de l’athérosclérose, et réduirait de cette façon le risque d’accident cardio-vasculaire.


Ce serait l’acide galacturonique, contenu dans les composants chimiques du pamplemousse, qui exercerait une action particulière sur le mauvais cholestérol (LDL), un des éléments constituant des plaques provoquant le durcissement des artères. Cette interaction aurait pour effet de déloger et de chasser les accumulations de cholestérol et de nettoyer les artères.


Parmi les nombreuses substances que l’on retrouve dans le pamplemousse, des antioxydants très puissants, tels que le lycopène, dont on connait les bienfaits particulièrement en protection du cancer de la prostate, les limonoïdes et la naringine. Ces substances peuvent contribuer à soulager les symptômes causés par les refroidissements et diminuer les risques de maladies cardio-vasculaires et les cancers. Des recherches ont permis de constater que les limonoïdes augmenteraient les taux de certaines enzymes qui contribuent à détoxiquer les agents cancérigènes et favorisent leur excrétion.

Comme le pamplemousse a peu de sucres, il n’a pas de valeur calorique importante.

Il active la fonction du foie, c’est un draineur de la vésicule biliaire, avec en sus des capacités antihémorragiques.

Il est protecteur vasculaire et fluidifiant sanguin. Pour que son action soit efficace, il faut le consommer sans sucre avant le repas. Celui-ci augmente son acidité. L’organisme accepte bien le pamplemousse s’il est bien mélangé à la salive.

Avant le repas avec du concombre est une excellente idée santé